Cartographier les prisons selon leur score

Cette page revient sur les scores obtenus par les établissements et sur les grandes tendances qui se dégagent, en utilisant la pondération de base que nous avons choisie. Un premier aperçu peut être obtenu en représentant les établissements pénitentiaires à l'aide d'une Analyse en Composantes Principales.

Les six variables continues utilisées dans le calcul du score sont synthétisées dans une représentation à deux dimensions qui projette la place relative de chacun des établissements pénitentiaires selon deux composantes principales (elles expliquent 63,9% de la variance).


Ci-contre apparait le tableau de la part de chaque variable dans la construction des cinq composantes principales : pour la dimension 1, la plus explicative, c'est la taille de l'établissement qui a la part la plus importante. Pour la dimension 2, il s'agit de la densité carcérale.


La proximité des flèches construction et distance souligne que bien souvent, plus l'établissement pénitentiaire est construit récemment, plus il est situé en dehors des bassins de population. Au contraire, les prisons construites il y a plus d'un siècle ont souvent été placées proches des tribunaux et donc des centres villes. Un calcul du taux de corrélation entre les variables de l'année de construction de l'établissement et la distance en km depuis la préfecture confirme que les deux variables sont positivement (0,25) significativement (p-value inférieure à 0.001) corrélées.

Il existe également une proximité, bien que moins importante, entre les flèches de la charge de détenus par surveillant ainsi que la taille de la prison : cela confirme qu'au sein des prisons les plus peuplées, les surveillants font souvent face à des charges de détenus bien plus lourdes.

La coloration des types d'établissement pénitentiaire fait clairement ressortir la position relative des maisons d'arrêt par rapport aux autres types d'établissements pénitentiaires. Situées à l'opposé de la direction des flèches construction et distance, elles apparaissent bien comme les prisons les plus anciennes du parc pénitentiaire, mais également comme les plus proches des centres villes. Les maisons d'arrêt figurent également dans la direction de la flèche liée à la densité carcérale ce qui rappelle la prépondérance de ce phénomènes au sein de ce type d'établissement.

La position des établissements pénitentiaires pour mineurs dans la représentation est également très localisée : ils apparaissent assez logiquement éloignés des problématiques de densité carcérale, de taille ou encore de charge trop importante de détenus par surveillant. Il en va de même pour les maisons centrales et les centres de semi liberté.

Sur la même ACP, chaque point est désormais coloré en fonction des deux variables discrètes utilisées dans le score. Ci-contre, les points sont colorés en fonction de la condamnation ou non de l'établissement pénitentiaire par une instance française ou européenne. La plupart des points bleus clairs obtiennent des abscisses positives et des ordonnées négatives. Cela situe les établissement condamnées parmi les établissements les plus denses et les plus peuplés.


Cette fois-ci, les points en bleu clair désigne les établissements disposant de salons familiaux et / ou d'unités de vie familiale. Il est particulièrement intéressant de remarquer que la majorité des points bleus clairs ont une abscisse positive et une ordonnée positive, ce qui soulignerait que les établissements les plus récents (mais aussi les plus éloignés des villes) disposent de parlois aménagés pour aider le détenu à entretenir des rapports avec l'extérieur.

A partir de l'analyse fournie par l'ACP, il apparait logique que les prisons présentant les moins bons scores soient en majorité des maisons d'arrêt ou des centres pénitentiaires (qui comprennent bien souvent des quartiers maisons d'arrêt) : les trois prisons disposant des moins bons scores sont Fresnes, Saintes et Béthune. Au contraire, les prisons disposant des meilleurs scores sont souvent des établissements pénitentiaires pour mineurs, ou des centres de semi liberté comme Melun, Orvault ou Rhône-Meyzieu. Il est également très notable de remarquer que, à pondération initiale conservée, les établissements disposant des moins bons scores sont souvent concernés par des condamnations.