Quelles disparités dans les conditions de détention ?

"Prisons inhumaines" ou "prisons 4 étoiles" ?

Les conditions de détention suscitent souvent des réactions extrêmes : quand certains comparent les prisons françaises à de confortables hôtels, d'autres y voient essentiellement des lieux où sont bafoués les Droits de l'Homme. Dans un sondage IFOP pour la Fondation Jean Jaurès de 2018, 50% des répondants jugent que les détenus "sont trop bien traités" en prison, 32 points de plus qu'il y a vingt ans.

Ces réactions négligent la diversité des établissements pénitentiaires français. Même s'il existe des ressemblances et des modèles-types, chaque prison est différente, à la fois pour les détenus qui y sont incarcérés et pour les personnels qui y travaillent. Et même au sein d'un établissement pénitentiaire, les différences sont parfois sensibles d'un bâtiment à l'autre, d'un étage à l'autre.

Les conditions de vie et de travail en prison varient aussi dans le temps, notamment en fonction du nombre de détenus hébergés et des ouvertures/fermetures d'établissements. A ce titre, l'épidémie de Covid-19 a marqué un choc historique pour les prisons françaises.

Il s'agit donc de documenter et d'analyser ces disparités dans les conditions de détention, en traitant par exemple des évolutions récentes de la population carcérale, de l'isolement géographique ou de l'ancienneté des établissements, de l'accès au travail en détention, des suicides de détenus ou encore de la charge de travail des surveillants.

Résultats de l'enquête IFOP "Les Français et la prison" pour la Fondation Jean Jaurès (mars 2018)

Nos angles d'analyse

L'Observatoire propose d'explorer certaines des disparités dans les conditions de détention, en exploitant des données collectées à partir de sources diverses, sur chacun des établissements pénitentiaires français.

L'analyse des données montre une grande diversité dans la situation des prisons françaises, et donc dans les conditions de vie des détenus et les conditions de travail des personnels. Ces écarts sont très sensibles d'un type d'établissement à l'autre, mais peuvent être également très grands pour des prisons d'un même type.

A venir prochainement sur la plateforme :

  • Données sur les violences et les agressions (issues des rapports du CGLPL)

Quelques sources supplémentaires sur le sujet